REGARD SUR LA PRESSE - Les limites du système...

Publié le par Stéphane Canu

Une petite anecdote. Une tranche de vie. Il faut bien aussi de temps en temps que j'évoque ce que je vis au quotidien. Hier matin, dans la ville dans laquelle je travaille, j'ai eu à couvrir une malheureuse cérémonie de dépôt de gerbe. Celle-ci coïncidait en fait avec l'arrivée d'un nouveau sous-préfet, un charmant monsieur de 40 ans, venu tout droit de l'ex-cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur - mais, ce n'est pas le propos. Comme je m'y attendais, ce dernier a bien sûr invoqué son devoir de réserve pour éviter tout entretien. Normal, finalement. L'un de ses collaborateurs m'a ensuite fait savoir qu'il ne m'était possible que de publier des photos de ce fameux sous-préfet que s'il apparaissait seul, c'est-à-dire pas à côté des différents élus et candidats aux législatives pourtant invités et bien présents sur l'esplanade... On me demande donc de laisser croire à mes lecteurs qu'il respecte bien son devoir de réserve alors qu'en réalité, le nouveau représentant de l'Etat venait d'être reçu en mairie par le député-maire, que cette manifestation était publique et donc que n'importe qui pouvait le voir aux côtés de tous les élus présents. Donc, ce devoir de réserve existe, n'est, dans les faits, pas vraiment respecté, mais, surtout, il ne faut pas en parler... Non, surtout pas !

Publié dans journalistenormand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article