SI VOUS LE DITES - "Je n'achète plus beaucoup de journaux"

Publié le par Stéphane Canu

"Je ne m'informe pas moins qu'avant. Mais, j'avoue que je n'achète plus beaucoup de journaux. Désormais, quand j'arrive au boulot le matin, je consacre une heure de mon temps à l'information. Je surfe sur le Web, sur les sites de journaux en ligne qu'ils soient nationaux ou régionaux et je vais pêcher des news sur MSN. Il ne m'arrive que très rarement d'acheter un canard en kiosque. Il faut vraiment qu'une affichette me paraisse très alléchante ou que j'aperçoive une Une qui m'accroche." Valery, patron d'une PME.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimiblue 04/05/2010 11:11



S'informer est très difficile, je trouve : je n'ai jamais aimé lire le journal pour une question stupide de format trop difficile à manipuler pour moi. Je ne peux pas, n'importe où, le poser à
terre et me mettre à quatre pattes pour le lire au sol, n'est-ce pas ?


L'information donnée à la télévision tourne, quelque soit la chaîne qui la diffuse, autour de quelques sujets mis en rouge.... On ne parcourt pas l'information pour que chacun en prenne ce qu'il
l'intéresse, on décortique, on s'attarde, on radote, on répète autour d'un évènement jusqu'à l'usure totale de l'intérêt du public.


L'information donnée sur internet nous emmène tous azimuts. De lien en lien, on se perd dans les pages de blogs, de journaux, de médias informatiques et j'avoue avoir bien du mal à structurer ma
pensée de cette manière. Question d'âge, peut-être ?


Pourtant je suis bon public. Si, si... vraiment !!! Mais pourquoi les journaux s'acharnent-ils à raconter ce qui s'est passé et à oublier de dire ce qui va se passer. On se délecte du moindre
truc un peu sensationnel mais on oublie sa vocation première, annoncer aux braves gens les évènements à venir qu'ils attendent ou espèrent non loin de chez eux ! Quoi, "Régionalisme".... Et alors
? Bien sûr... Si je vis ici, c'est ce qui se passe ici qui m'intéresse. Je veux bien qu'on me raconte ce qui se passe au-delà des frontières de mon pays car je sais bien quel impact cela peut
avoir sur mon devenir mais il n'est pas pour autant inintéressant de savoir quels évènements, quelles actions, quels efforts vont être organisés dans quelques jours à deux pas de chez moi.
Comment récupérer des bénévoles sinon ? Comment passionner les gens pour leur voisinage sinon ? Comment impliquer les habitants dans la vie de leur village, de leur ville, sinon ? C'est....
capital et, pour une fois, ne parlons pas de sous... Cela nous changera un peu et cela nous fera des vacances car quelle inquiétude majeure pour le devenir fiscal, pour le profit immédiat, pour
le gain, pour les sous, les sous, les sous.... Quand je pense que cet après-midi je vais aller poster un courrier à 6 kilomètres parce que mon bureau de poste est fermé, quand je pense que
peut-être je vais avoir un accident sur la route, quand je pense que peut-être, ce soir, je ne dormirai pas dans mon lit... Où gagner quelques centimes devient intéressant, là-dedans ????


Voilà, c'était mon coup d'éclat, mon coup de gueule, mon coup de coeur.... Merci d'écrire et de savoir écrire. J'aime !