Un supporter parisien tué, ça vous étonne ?

Publié le par Stéphane Canu

… Moi, non ! D'ailleurs ces derniers jours, ils sont nombreux à dire que « ça devait arriver ». Bah oui, ça devait arriver. Est-ce typiquement français que d'attendre qu'un drame ait lieu pour réagir — on pense bien sûr aux banlieues — ou bien est-ce totalement inhérent au football ? Il y a sûrement un peu des deux. Je vais un peu raconter ma vie — ça va encore en faire marrer certains. J'ai été un supporter inconditionnel de l'OM. J'ai même eu ma période d'abonné d'un groupe de supporters nordistes — enfin de l'OM mais basé dans le Nord. Attention, on n'était pas des méchants, juste des fans… Mais, au moins, cela m'a permis d'assister à des scènes plus qu'inquiétantes. C'était en 1995-1996. Ce n'était qu'en Ligue 2 et pourtant… A Caen, nous — tous les supporters marseillais — étions parqués avec des Caennais à droite, à gauche et au-dessus. On avait eu droit à des batailles de fumigènes. On les voyait voler au-dessus de nos têtes. Je me souviens qu'un Marseillais torse nu avait été gravement brûlé dans le dos. Dans la tribune, des mecs venaient vendre du schitt à bas prix. Si on regardait le match, on se faisait engueuler : « T'es là pour chanter ! Le match, tu le reverras sur Eurosport ! » Limite agressif. A la fin du match (perdu par l'OM 2 à 0), deux supporters marseillais de deux groupes opposés se sont battus sur le parking. Bilan : un blessé à coup de couteau… Ca vous étonne vraiment qu'un supporter parisien ait été tué ? La même année, à Amiens, un groupe de supporters marseillais est en retard au rendez-vous. Nous apprenons qu'ils se sont arrêtés dans un bar de la ville avant d'être pris à partie par des supporters parisiens venus en découdre. Un peu plus tard, je me rends au Mans (oui je sais, que des affiches). Là, certains gars de mon groupe commencent à vouloir cacher des fumigènes dans les sandwichs. Un supporter marseillais vient les voir et leur dit : « laissez tomber les gars, on ne sera pas fouillés ». Gagné. On ne l'a pas été… C'est le dernier match de la saison. Le gardien de but de l'époque (Jérôme Alonzo) offre sa veste de survêtement juste après l'échauffement. Un mec l'attrappe. Il est tout heureux. Mais, un type barbu qui semble être un leader d'un groupe se jette sur lui et lui arrache le sweat en lui disant que ce sont les vrais marseillais qui méritent ces récompenses. Personne ne bronche. Dix minutes après, on lance plein de confettis. On en avait tous. C'était super beau. Sauf qu'avec les fumigènes, ça ne fait pas bon ménage… Le feu a pris dans la tribune. L'une des trouilles de ma vie. J'ai même sauté dans les bras d'un CRS pour me sortir de là. Il n'y a pas eu de blessé et le match a commencé trente minutes en retard. Dans les journaux pas une ligne… Bref, il paraît qu'on appelle cela des anecdotes. J'en ai plein d'autres d'ailleurs. Mais, promis, j'arrête. Franchement, ça vous étonne encore qu'un supporter parisien ait été tué ?

Publié dans journalistenormand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oim 29/11/2006 09:49

"Attention, on n'était pas des méchants, juste des fans…" mdrrrrrrrrrrr !  Tu m'étonnes que t'étais pas méchant avec des cheveux longs à la Jean-Pierre François (tu sais, "Je te survivrai") et ta tronche de Boys band slovène (remarque c'est pas pire que George Best, private joke) !!!!!!Pis pour l'image du pti Kanout' qui saute dans les bras du CRS, je donnerais cher pour avoir une vidéo !Oui, je sais, tu vas encore râler que je réponds que pour dire des conneries, alors je vais te faire plaisir : Non, ce n'est pas étonnant qu'un supporter du PSG se fasse buter… et… euh… Et ensuite ? Bah rien, moi jvoulais juste dire une connerie.bisous