Le vrai-faux entretien de Ribéry…

Publié le par Stéphane Canu

Le vendredi 25 août dernier, le bihebdomadaire France Football — véritable institution pour les initiés — publiait une interview de Franck Ribéry. Le journal se targuait même en couverture, juste sous une énorme photo de la nouvelle star du football français, d'avoir obtenu l'entretien ddurant lequel le Marseillais livrait ses états d'âme. Alléchant ! Sauf, qu'en fait, le contenu n'est pas passionnant. Pire, quelques jours après la publication, Franck Ribéry fait savoir dans un communiqué de presse mis en ligne sur le site officiel de son club qu'il n'a jamais accordé d'entretien à Marc Benoist… Stupeur. France Football réagit en prenant de haut Ribéry qui, il faut bien le reconnaître, n'est plus très crédible depuis ses multiples revirements quant à son vrai-faux départ de l'Olympique de Marseille. Puis, ce vendredi, dans un long éditorial, Gérard Ernault, le directeur de la publication de FF, reconnaît la faute. « France Football présume aujourd'hui plus qu'hier qu'a été réalisé par son correspondant un entretien imaginaire qu'aucun système de sécurité interne ne s'est montré capable de détecter, et qui de ce fait s'est trouvé à paraître en bonne place dans le numéro du vendredi 25 août 2006, écrit-il. En conséquence, France Football dit à Franck Ribéry et à ses lecteurs sa profonde désolation et leur présente ses plus vives excuses ». De quoi tomber à la renverse. Un épisode peu glorieux qui jète un nouveau discrédit sur le métier de journaliste.

Publié dans journalistenormand

Commenter cet article

Philippe Gras 05/09/2006 19:27

Personnellement, je ne suis pas contre le principe d'une interview bidon. Le Canard Enchaîné en réalise souvent, dans sa rubrique "les interviews (presque) imaginaires du Canard" et tout le monde sait très bien de quoi il retourne. en ce qui me concerne, j'en ai réalisé, pour m'interoger moi-même ; c'est un exercice assez rigolo. Ce papier avait une justification s'il apportait quelque chose au débat, au "cas Ribéry". Il fallait alors y aborder les questions qui intéressent les passionnés de foot et mettre l'intéressé dans une situation délicate. Mais si "en fait, le contenu n'est pas passionnant" alors vrai ou faux, il ne fallait simplement pas le publier !

journalistenormand 05/09/2006 18:19

Si FF a fait son méa culpa dans un édito, c'est tout simplement, que le club de l'Olympique de Marseille a clairement signifié que les journalistes du journal n'aurait plus accès au club. Or l'OM fait vendre… Cependant, il est vrai que chacun aurait pu camper sur ses positions en confrontant les versions. Par ailleurs, c'est vrai qu'il y a plus grave et notamment à la télé. C'est bien ce que je cherche à pointer du doigt, plus ou moins adroitement, peut-être…

JeanPhi 05/09/2006 18:06

Je ne dédouanne pas le bidon. Je dis juste qu'au moins, l'escroquerie est dénoncée dans le canard. Effectivement, ce n'est que du foot. Bien sûr que ça dérange un lecteur. Mais je préfère l'édito mea culpa que le triste: "vous aurez rectifié de vous-même". On a vu des bidonnages plus importants parce que télévisés, dénoncés dans la presse mais jamais admis par le diffuseur. C'est tout.

journalistenormand 05/09/2006 17:44

Il est vrai qu'il n'est pas très agréable d'émettre des ondes négatives. Il est encore moins agréable de les capter… Cependant, en ce qui concerne cette interview bidonnée, je me sens tout de même légèrement volé dans la mesure où j'ai acheté ce titre et donc déboursé 1,50 €. Ce qui, me semble-t-il, est un investissement. Certes, si on réagit confraternellement à ce que j'écris, on peut se sentir outré. Mais, essayons de nous mettre un instant dans la peau d'un lecteur. Il s'agit d'un scandale qui — qu'on l'accepte ou non — décrédibilise encore un peu plus la profession. La mienne. La confraternité ne signifie pas qu'on ferme les yeux sur des dérives aussi graves. Même si, par chance, il ne s'agit que de football… Ouf ! Pour le reste, j'aimerais beaucoup m'étendre sur la richesse de notre presse quotidienne. Mais, sans dresser la triste liste des chiffres de l'OJD, on est quand même bien obligé de constater qu'on a perdu la formule, qu'on ne fait plus que des journaux déconnectés de la réalité des lecteurs "potentiels". Alors, si la liste de mes billets ressemble à un mélodrame médiatique, c'est justement pour susciter des réactions et tenter de comprendre pourquoi notre presse quotidienne va si mal. Si tu penses que ce faux entretien n'est pas de nature à déranger un quelconque lecteur, et bien, je prends note… Finalement, c'est peut-être la clé…

oim 05/09/2006 14:25

Comment il t'a défoncé !!!!!!!!