Et après ?

Publié le par Stéphane Canu

Mais au fait… Si la presse quotidienne payante est morte et puisque la nature a horreur du vide, à quoi doit-on s'attendre ? Où irons-nous nous informer ?

Publié dans journalistenormand

Commenter cet article

Philippe Gras 23/07/2006 10:02

En réalité, le problème est plus complexe qu'il n'y paraît : la presse écrite, tous titres confondus, a gagné beaucoup de lecteurs en 50 ans, mais les quotidiens payants sont depuis 10 ans dans une panade noire. Vraiment, si ma boulangère trouvait un intérêt à acheter le journal, elle le ferait volontiers. Je suivrais également son exemple.Vous prenez l'affaire du "coup de boule" à la fin de la coupe du monde en exemple ; la presse écrite s'est faite le relais des media audiovisuels, des sponsors, sans rien apporter comme information. Est-ce là son travail ? Il est vrai que le "notable" a pour objectif de défendre l'ordre établi, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande. Ce que les gens motivés par la soif d'apprendre lui demandent. En définitive, le débat fut entériné par la FIFA en huis-clos, et rien d'intéressant n'en est sorti. On saura le fin "mot" de l'histoire par la bande, dans quelque temps. Comme au sujet de Lance Armstrong...Il y a en dernière page du "Monde diplomatique" un article intéressant sur le sujet, qui constate que les annonceurs sont devenus les clients des journaux, en lieu et place de leurs lecteurs. Je signale en outre que cette activité est aussi (et de façon très partiale...) subventionnée par le gouvernement. Il me paraît logique pour un industriel de perdre des parts de marchés lorsque son produit ne correspond plus aux attentes des consommateurs, et que de surcroît il n'ait pas envie de bousculer un état de choses qui lui convient bien en somme.Tant pis pour les journalistes.
Découvrez l'actualité en vers et contre tout sur http://poactu.canalblog.com/

JeanPhi 18/07/2006 19:41

En même temps, laissez le quidam apprendre de sa boulangère et supprimez le journal à icelle: nous verrons ce qu'elle aura à raconter... Bien sûr qu'on trouve toujours l'info ailleurs. Mais le sentiment qui se répand selon lequel, grâce aux blogs et la facilité d'être son propre éditeur, chacun est un journaliste en puissance sera rapidement mis à l'épreuve de la rapidité et de la légèreté. Une info (le "dialogue vrai" entre Zidane et le Boucher italien a fait long feu) arrive tout d'un coup, le "blog reporter" en fait son info du jour, la commente et demande sa carte de presse. Ouais, on peu faire ça.
Et attendre de lire ce qui va être publié par hasard sur le Net à quelques semaines (jours?) de l'élection présidentielle.
Maintenant, c'est vrai que la profession oublie trop souvent de se remettre en question (et pas seulement les chefs!). Faut-il la condamner pour autant? Et pleurer quand il n'y aura plus que communication et "opinion publique"? Zarkozy dit oui. Royal aussi. Pas moi.

oim 18/07/2006 08:33

Lire de telles réactions ne fait que me renforcer dans ma crainte grandissante : nous faisons (nous, les journalistes de presse écrite généraliste) un métier qui est en train de mourir... Quelle tristesse… et surtout quelle angoisse ! Je suis tout à fait d'accord avec Philippe Gras : effectivement, l'une des erreurs fondamentales commises par les journalistes et patrons de presse depuis plusieurs années est de se croire plus importants et intouchables qu'ils ne le sont. L'image du journaliste "notable" d'une ville qui écrit pour le bien public est encore fortement enracinée… mais seulement dans les salles de rédaction !

Jacques Adam 18/07/2006 04:32

Bien d'accord avec Philippe Gras ci-dessus (et je lui envie sa boulangère)La disparition de la presse quotidienne payante ce ne serait pas "le vide"

Philippe Gras 17/07/2006 19:42

La presse écrite et payante a cru (et sans doute le croit-elle encore...) qu'elle était le seul vecteur d'information. Péché d'orgueil. La 1ère source d'information dans mon quartier, c'est la boulangère. Ensuite, il y a tout un tas de media plus ou moins intéressants pour apprendre les nouvelles du monde. Mais la presse écrite en France, que nenni !
Découvrez l'actualité en vers et contre tout sur http://poactu.canalblog.com/