Disparition de Ponfilly : Un pincement au cœur

Publié le par Stéphane Canu

Quelle émotion de le revoir, de l'entendre et de redécouvrir son œuvre. Merci à Arte d'avoir rediffusé "Massoud l'Afghan" de Christophe de Ponfilly hier soir. Quelle bonhomme quand même. Il fallait avoir des couilles pour se rendre plusieurs fois comme ça clandestinement dans un pays rongé par la guerre aux côtés d'un homme méconnu qui pourrait pourtant être mis sur le même pied d'égalité qu'un Mandela, d'un Gandhi ou même d'un de Gaulle puisqu'il l'admirait. Christophe de Ponfilly en avait assez d'hurler à la face du monde et d'une France sourde et aveugle qu'à quelques centaines de kilomètres de chez nous on vivait oppressé et on mourait parce qu'on se trouvait au cœur d'un conflit géostratégique majeure. La disparition de Christophe — que j'ai eu le bonheur d'interviewer il y a 4 ans — fait finalement écho à celle de Massoud. Deux grands hommes morts dans l'indifférence la plus totale. Pensées…

Publié dans journalistenormand

Commenter cet article