Pas assez de sexe dans nos journaux ?

Publié le par Stéphane Canu

« J'ai compris que dans le monde, il y avait deux choses importantes. Que l'une serait le fric et que l'autre serait le cul. Moi, j'me suis dit comme tout le monde a un cul j'vais m'occuper du fric… ERREUR !!! » Coluche en était sûr. Le sexe, même s'il reste souvent tabou, est au cœur de nos préoccupations. Alors, pourquoi nos journaux parlent si peu d'un sujet qui, semble-t-il, peut intéresser un grand nombre d'entre nous ? On parle bien de la bourse — celle du palais Brogniart, bien sûr, de votre économie, de votre argent… Mais, toujours pas de vos habitudes sexuelles, de votre goût pour les saveurs de la chair… Pas politiquement correct. Sans doute.

Publié dans journalistenormand

Commenter cet article

super teubé 18/03/2006 10:15

Relativement d'accord, car là aussi c'est réducteur. D'accord, la presse ne peut pas refléter tout ce que nous sommes, chacun de nous, à tout moment. mais il faut tout de même avouer que certaines "impasses" sont difficilement explicables… Qui parmi nous n'a pas de vie sexuelle ? Oui, le sexe est important pour nous tous, et non, ce n'est pas une honte, ni dégradant, ni même mineur… alors pourquoi n'en parle-t-on pas ?Autre exemple, qui n'a rien à voir… quoique… certains groupes de musiques "actuelles" (rap notamment) vendent aujourd'hui des millions de disques, mais ne passe jamais à la télé ou dans les journaux… Pourquoi ?Est-ce que cela veut dire qu'aujourd'hui, le sexe ou le rap ne sont pas jugés dignes de figurer dans nos grands journaux de grands intellectuels distingués ? (je suis journaliste également… et amateur de sexe et de rap ;-)). Il serait peut-être temps que nos médias se réveillent : la société évolue, et tant que nous n'accompagnerons pas son évolution (avant de — mieux — la devancer) nous passerons pour ringards et serons voués à l'échec.Je suis désolé, mais c'est pas avec des dossiers sur plusieurs pages et des Une sur les dominos (véridique, vu dans un journal pas loin de chez vous) que les journaux vont s'inscrire dans leur époque et séduire un lectorat qui ne les a pas attendu pour évoluer. D'où le gouffre qui se creuse entre journaux et lecteurs…

yves bertrand 17/03/2006 23:00

Bonsoir,

La question de savoir si on peut tout dire sur tout est une vision réductrice de la liberté. la presse au nom de la liberté d'opinion ne doit pas être un miroir dans lequel on se retrouve à tous moments, tous, sur tous les sujets. La presse doit donner à réfléchir, présenter des opinions, prendre position. relisons l'histoire de notre pays notamment le XXème siècle où une multitude de journaux exprimait des opinions fortes. De ce point de vue "l'affaire Dreyfus" a été un révélateur des clivages qui marquent encore aujourd'hui la différence entre les progressistes et les conservateurs !
Yves bertrand