Grippe aviaire : Psychose ou information ?

Publié le par Stéphane Canu

La grippe aviaire est arrivée en France. Depuis plusieurs années, des articles de presse faisaient état de prévisions alarmistes. Il fallait s'attendre à des millions de morts… un peu comme lors de la vague de grippe espagnole durant la première guerre mondiale. Une grippe qui — rappelons-le — était elle aussi, selon un laboratoire américain, d'origine aviaire. Les médias en font-ils trop ou existe-t-il de réelles raisons de s'inquiéter ? Lisez-vous les articles traitant de la grippe aviaire parce que cela vous fait peur et que vous avez besoin d'information ? Ou pensez-vous au contraire qu'il ne s'agit là que de brûlots destinés à appâter le lecteur pour vendre des canards ?

Publié dans journalistenormand

Commenter cet article

journalistenormand 21/02/2006 12:29

Non. Ca n'était pas la voix de la France. Après l'expérience du nuage radioactif, il faut être très vigilant et très critique à l'égard des informations officielles que les autorités voudront bien nous communiquer. Il faut en effet s'attendre à une dédramatisation de l'arrivée de la grippe aviaire. Il ne nous reste qu'à patienter jusqu'au premier cas de contamination d'un humain. Là, on pourra se faire une idée plus précise du dispositif de communication mis en place par le gouvernement.

Ben 20/02/2006 18:14

Désolé, mais voici un commentaire de journaliste, mais aussi de lecteur de presse, que j'ai publié dans le dernier numéro de mon journal. Juste quelques lignes pour tenter d'expliquer dans quelle situation on se trouve, nous autres horribles journalistes, quand nous nous trouvons face à une telle affaire. cas de conscience...

"Et maintenant, on peut s'inquiéter ?
Oh là là ! Qu'est-ce qu'on n'avait pas entendu quand les journaux ont sorti les premiers articles sur la grippe aviaire... A l'époque, il paraissait que les journaux ne cherchaient qu'à faire leur beurre en jouant sur les peurs de la population. Nous ne cherchions qu'à faire paniquer les Français sur un petit virus pas si dangereux que ça, cantonné à un recoin de l'Asie. Nous étions des profiteurs malsains, voire des voyous de l'information qui allions installer une vraie panique, bien évidemment injustifiée !
Quelques mois plus tard, la grippe aviaire s'est déplacée (comme annoncé par de nombreux "journalistes irresponsables"). Après l'Asie, la Turquie, l'Afrique, la Grèce… la voilà en France. Et là, on a envie de poser une question : "S'il vous plaît messieurs les experts ès grippe aviaire, ex-spécialiste de la trajectoire des nuages à l'approche des frontières, est-ce qu'on a le droit de s'inquiéter maintenant, ou doit-on garder les yeux fermés ?"

Ceci dit, je me demande encore aujourd'hui comment on avait pu reprocher aux journalistes de parler des dangers du nuage de Tchernobyl il y a quelques années. Ce n'étaoit pas la voix officielle, la "voix de la Fr