REGARD SUR LA PRESSE - Schönberg, Drucker, Ockrent... L'ivresse du pouvoir

Publié le par Stéphane Canu

Je n'ai toujours pas compris la logique... Pourquoi Béatrice Schönberg et Marie Drucker ont-elles choisi de prendre du recul lors de la campagne présidentielle ? D'accord, leurs compagnons respectifs sont engagés politiquement. Mais, cela ne doit pas remettre en cause leurs compétences et leur impartialité. Là, il semblerait qu'elles diffèrent toutes deux leur retour pour qu'il ne coïncide pas avec l'annonce de la composition du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Mais, en quoi leur travail après les élections sera-t-il différent ? En rien. Si elles estiment qu'elles ne sont pas légitimes à commenter la campagne électorale, pourquoi le seraient-elles plus pour commenter les actions du Gouvernement ? A mon sens, soit elles poursuivaient leur travail, soit elles doivent tout simplement changer de métier comme Catherine Pégard... Même si là, c'est un peu tardif... On ne me fera pas croire que la Mme Politique du Point ne savait pas avant les échéances électorales qu'elle pourrait se voir proposer une mission par Nicolas Sarkozy. En ce sens, j'admire la position de Christine Ockrent qui malgré les orientations choisies par M. Kouchner, son époux, tient à conserver son poste et à maintenir l'émission France Europe Express. Non, sa position n'est pas simple. Mais, contrairement à ses consoeurs, elle semble être capable de résister à l'ivresse du pouvoir.

Publié dans journalistenormand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article