Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REVUE DE BLOG - Pierre Albertini (UDF) soutient Sarkozy, il s'explique

Publié le par Stéphane Canu

"J'arrive aujourd'hui sur mon lieu de vacances... Après les propos, plus ou moins exacts, relayés par la presse et devant l'avalanche de commentaires téléguidés sur mon blog, je souhaite reprendre le dialogue.
Je m'adresse aux bloggeurs rouennais qui me lisent régulièrement, depuis plusieurs mois. Je n'ai, en effet, pas l'intention de répondre aux commentaires dont l'origine est plus que douteuse (certaines adresses IP cumulent étonnamment une variété remarquable de pseudonymes).
Je me reposerai également pendant ces quelques jours, mais j'interviendrai régulièrement.
Je commence par vous livrer le discours que j'ai prononcé à la tribune du Zénith mardi soir :
Nous voici au moment d’un choix décisif pour la France et pour l’Europe.
Chacun sait ici que, pour le premier tour, j’ai soutenu François Bayrou. L’UDF est ma famille politique depuis trente ans et je n’ai aucune intention de l’abandonner.
Pour le second tour, le 6 mai prochain, s’impose le choix de la raison, celui que dicte l’intérêt national.
C’est donc après une analyse attentive des projets et des valeurs défendus par les deux candidats que je me prononce, aujourd’hui, publiquement.
Jean Lecanuet m’a appris qu’en politique, « il ne faut jamais se tromper d’adversaire ». Or, je vois, dans le projet de Ségolène Royal, beaucoup de propositions qui me heurtent :
- je souhaite que le travail soit récompensé et que la dignité de l’homme soit reconnue : les socialistes préfèrent, avec les 35 heures, le partage du travail et affaiblissent la performance de la Maison France ;
- je souhaite que les déficits publics et l’endettement soient jugulés : le programme du Parti socialiste prétend revenir sur la réforme des retraites ;
- je suis européen et favorable à une Europe politique : Laurent Fabius et Jean-Pierre Chevènement ont milité pour le « non », en 2005.
Quant au « pacte présidentiel » de la candidate socialiste, je n’y vois aucune feuille de route précise, mais beaucoup de flou, qualifié avec bienveillance d’artistique.
Au contraire, même si je n’approuve pas la totalité des propositions formulées par Nicolas Sarkozy, il y a convergence sur les grands objectifs :
redresser le pays
créer une société de confiance, de liberté et de responsabilité
privilégier la solidarité sur l’assistance
rénover la vie politique qui ne sera jamais plus comme avant.
Dans cet effort, le Centre et ses 7 millions d’électeurs doivent trouver leur place, toute leur place.
Voilà pourquoi, sans rien renier de mon parcours, je voterai, à titre personnel, pour Nicolas Sarkozy."
Pierre Albertini sur son blog capidees.net.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article